Deborah Latreuille – Japon

DeborahPoste actuel :
School Manager

Entreprise :
Le Cordon Bleu

Lieu :
Tokyo (Japon)

 

Son parcours

Avant 2003 : Etudes littéraires (Baccalauréat Littérature & Prepa Normale Sup’) – Lycée Michel de Montaigne à Mulhouse

2003 – 2004 : Diplômée de l’université de Kyoto au Japon (Master en littérature et études sur le japonisme)

2004 – 2006 : Teacher – Narita Kokusai Senior High School

2007 – 2010 : Diplômée de NEOMA Business School Campus Reims – Management Control & International Business Strategy (participation aux programmes International MBA/ International Master)

  •  2007 – 2008 : Sales Representative – Orange à Reims
  • 2008 – 2010 : Alternance en tant que Cost Control Manager – Boulangeries PAUL à Lille

2010 – 2013 : Marketing manager – S.T. Dupont Japon

2013 – mars 2014 : International Marketing & Sales Manager – Le Cordon Bleu Japan

Mars 2014 – Aujourd’hui : School Manager – Le Cordon Bleu Tokyo
and International Marketing & Sales Manager – Le Cordon Bleu Japan

 

baseline_japan

 

– Peux-tu nous expliquer les différentes étapes de ta carrière ?

« Tout d’abord, j’ai commencé par faire des études littéraires (Obtention du Baccalauréat Littéraire et Prépa Normale Sup’). J’ai ensuite quitté la France une première fois en 2003 pour l’université de Kyoto, où je suis partie en échange universitaire pour réaliser mon Master (littérature, études sur le japonisme)

J’ai commencé à apprendre le japonais une fois arrivée dans le pays, quelques mois plus tard, j’ai passé les tests et les entretiens pour faire partie du JET program. Entre 2004-2006, je suis devenue professeur de français dans un lycée public à Narita mais j’ai également enseigné les influences culturelles dans l’art et la littérature.

Je suis rentrée en France en 2007 et j’ai intégré le programme Sup de Co de Reims Management School (aujourd’hui le programme MGE de Neoma Business School), en programme Tremplin. J’ai participé aux programmes IMBA/IMA (International MBA/ International Master) qui sont des programmes sur sélections, intégralement enseignés en anglais et dans un contexte totalement international.

Pendant mes années d’école, j’ai réalisé un apprentissage chez les Boulangeries PAUL, au siège, près de Lille, en contrôle de gestion au niveau national, puis au niveau international. Je suis ensuite restée au sein de  l’entreprise. De par mes compétences linguistiques et mon expérience internationale, j’ai participé à des projets de développement international de l’entreprise et rencontré les partenaires japonais de PAUL. Cependant, en 2010, j’ai quitté PAUL pour poursuivre mon rêve de vivre au Japon, projet malheureusement impossible avec PAUL à ce moment-là.

Je suis entrée chez S.T. Dupont Japon en tant que marketing manager. Mon rôle consistait en la gestion du marketing opérationnel, de la communication & des médias au Japon.

Depuis 2013, je suis International Marketing & Sales Manager pour Le Cordon Bleu Japan. Et, depuis mars 2014, je suis passée directrice de l’école Le Cordon Bleu de Tokyo tout en gardant mon ancien poste. Je m’occupe de la direction de l’Ecole de Tokyo, située dans le quartier de Daikanyama. L’école fait partie des institutions qui assurent la promotion de la Gastronomie et l’Art de vivre français, mais qui est également un pont entre la culture japonaise et française et leur arts culinaires respectifs.

 

– En quoi consiste ton poste actuel avec Le Cordon Bleu Japan?

« Actuellement, je suis manager d’une équipe de 8 personnes de différentes nationalités (japonais, taïwanais, français) et de profils très variés (hospitality, sales, administratif, international business development), et suis responsable d’une école où nous avons des formations diplômantes en cuisine, pâtisserie, boulangerie, fromage, vin.

Nous avons également des cours « gourmets » dans ces arts, mais également autour du thé, café, des séminaires sur les ingrédients français et japonais. Il y a près de 10 000 participants par année à nos cours gourmets et plus de 1 000 élèves en formation diplômante. Nos élèves sont de 25 nationalités différentes et vivent dans autant de pays, ils ont souvent un profil très international. Nous assurons les cours en anglais, japonais, français et chinois, nous sommes la seule institution internationale des Arts Culinaires au Japon. »

 

 – Pourquoi avoir choisi le Japon ?

« Je suis passionnée par le Japon depuis l’âge de 12 ans suite à la découverte du pays au travers d’un de ses plus grands auteurs, Yukio MISHIMA. Je trouve ce pays facile à vivre, avec une culture extraordinaire, et surtout où l’on se sent en sécurité. En quelques mots, c’est un pays très moderne, où l’on trouve tout et ce, avec un service de qualité.

Le monde du luxe et de la gastronomie sont très présents. Il y a des opportunités dans ces secteurs, à condition de s’en donner les moyens bien entendu. Mais je ne pense pas que travailler beaucoup soit unique au Japon, il n’y a pas de réussite sans labeur, c’est partout pareil. »

 

– Que peux-tu nous dire à propos du recrutement des entreprises japonaises ?

« Les contrats d’expatriés ne sont pas la norme pour une partie de la société, il y a un grand nombre de personnes établies depuis longtemps au Japon, des personnes ayant fondé leur famille ici ou même d’origine japonaise. Ainsi, si une entreprise cherche à recruter, à moins d’avoir un besoin de talent particulier, ou de recruter pour une raison très précise quelqu’un qui sera expatrié, le choix peut aisément se porter sur une personne déjà présente au Japon. Une personne qui connait le marché et la société japonaise, maîtrise la langue et possède déjà un réseau de connaissances. »

 

– Que faut-il pour réussir ici, au Japon ?

« Je dirai qu’il y a deux types de compétences à posséder :

– Compétences linguistiques : La maîtrise de la langue japonaise (lu, écrit, parlé) dans un contexte social et professionnel est obligatoire. Croire que l’on peut « se débrouiller » ne suffira pas. Quelqu’un qui souhaite travailler en marketing ou sales, ou même en logistique, doit maîtriser le japonais. Les partenaires, ou collaborateurs, sont majoritairement japonais et il n’est pas garanti que ces personnes sachent communiquer en anglais.

– Compétences techniques : C’est important qu’une personne qui souhaite venir au japon soit compétente dans un domaine précis, que ce soit un « spécialiste ». La maitrise de la langue ne suffit pas pour pouvoir s’installer et/ou réussir au Japon. »

 

Pour les juniors ou les jeunes diplômés à la recherche d’une opportunité au Japon :

  • Pour les stages : Vous pouvez contacter Déborah, chef de tribu NEOMA ALUMNI Japon, à l’adresse ci-dessous. Elle répondra à vos demandes aussi rapidement que possible. Sachez qu’au Japon les stages sont rémunérés et qu’il est facile d’obtenir un visa.
  • Pour un emploi : Il faut tenter les programmes qui permettent de travailler au Japon, tels que les VIE/VA par exemple.

 

Pour cela, il faut poser des annonces auprès de

CCIFJ

 Gaijinpot

Dans les deux cas, les entreprises non-japonaises, appelées « gaishiki » sont celles qu’il faudra viser. Bon courage !

 

Contacter Deborah

Mail : dlatreuille@cordonbleu.edu

Un commentaire sur “Deborah Latreuille – Japon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :