Jean-Gaetan Guillemaud – Cambodge

Jean Gaetan

Poste actuel :
General Manager
Entreprise :
Zuellig Pharma Cambodge
Lieu :
Phnom Penh (Cambodge)

 

Son parcours

2007 : Diplômé de NEOMA Business School Campus Reims – Spécialisation en Achats

2007 – 2014 : Directeur du bureau de liaison et Responsable achats et logistique – IGH Agency à New Delhi (Inde)

2014 – Aujourd’hui : General Manager – Zuellig Pharma à Phnom Penh (Cambodge)

 

– Peux-tu nous décrire rapidement ton parcours ?

« Diplômé en 2007 de Neoma Business School, j’ai effectué 1 stage en Inde qui s’est très bien passé et qui m’a donné envie de poursuivre l’aventure dans ce pays. Ainsi, en collaboration avec mon maître de stage, j’ai décidé de créer une entreprise, spécialisée dans l’import/export de meubles et d’accessoires de décoration. Après 10 ans d’activité en Inde, j’ai voulu changer de pays, d’ambiance, de challenge professionnel et je me suis mis à chercher. C’est à ce moment-là que le groupe Zuellig Pharma m’a contacté et m’a proposé le poste de General Manager pour le Cambodge que j’ai accepté. »

 

– Peux-tu nous présenter, en quelques mots, le groupe Zuellig Pharma ainsi que ton rôle actuel dans l’entreprise ?

« Le groupe privé Zuellig Pharma est le plus gros distributeur de produits pharmaceutiques en Asie. Il est habitué à être leader sur le marché où il se trouve et ce n’est pas le cas pour le Cambodge actuellement. Il est indispensable pour le groupe d’être présent dans tous les pays car les contrats se négocient majoritairement en zones régionales (par exemple la zone Cambodge, Laos, Myanmar). Le Cambodge est donc devenu une cible prioritaire.

Zuellig-Pharma-logo

Mon rôle consiste, depuis maintenant 3 mois, à dynamiser à la fois l’activité mais surtout de gérer la remise à niveau et la motivation des équipes (45 personnes). C’est un très grand challenge. Pendant 10 ans, j’ai été mon propre patron, la société fonctionnait plutôt bien en Inde et du jour au lendemain, j’ai décidé de tout arrêter pour me lancer dans une nouvelle aventure. Je suis donc arrivé ici avec une masse de travail beaucoup plus importante, entouré de personnes plus brillantes et plus expérimentées que moi (des personnes qui gèrent dans d’autres pays des business à plus de 600 millions de dollars). Ayant à peine 30 ans, c’est un immense défi que je me suis lancé. »

 

– Cela fait-il longtemps que tu pensais à l’expatriation ?

« Oui, j’avais déjà envie de créer mon entreprise en arrivant en école de commerce et je pensais aussi à le faire à l’étranger. Après je pense que, pour mon cas, mon parcours a pas mal été influencé par des opportunités, puis un peu de chance aussi. En effet, j’ai eu la chance de partir faire l’échange universitaire en Inde et surtout de trouver un stage intéressant là-bas, ce qui m’a donné l’envie de rester. »

 

– As-tu vécu un choc culturel depuis que tu es arrivé ?

« Oui, il y a toujours un petit choc en arrivant dans un nouveau pays. Personnellement, je pense que c’est l’Inde qui a constitué mon choc culturel. Grâce à ça, maintenant, au Cambodge, tout est plus simple et il est plus facile de s’y installer. »

 

– En quoi l’expatriation a-t-elle été bénéfique ?

« Je dirais la possibilité d’avoir une nouvelle prise de responsabilités. Je n’ai que 30 ans et quand les personnes de Zuellig Pharma m’ont contacté, je n’y croyais pas. Je n’avais pas de compétences spéciales en vente (j’étais spécialisé en supply chain), ni dans le domaine pharmaceutique et je ne connaissais pas du tout le Cambodge.

En plus de ça, il y a l’aspect culturel qui est important. Par exemple, en ayant passé 10 ans en Inde, j’ai découvert des parties de moi que je connaissais pas. Tu ne seras jamais la même personne en France qu’en Inde ou au Cambodge et je trouve que cet apprentissage sur soi-même est incroyable. »

 

– Tu penses rester longtemps ici au Cambodge ?

« Cela fait seulement 3 mois que je suis arrivé donc l’avenir me le dira, enfin surtout mes performances. En effet, en tant que General Manager, je dois rendre des comptes à ma direction en permanence et réussir à atteindre les objectifs fixés dans les 2 ans à venir. »

 

Partir à l’étranger et tirer profit au maximum de l’école. Elle a cette capacité de t’envoyer à l’étranger via les échanges universitaires mais aussi de te mettre en relation avec pleins de professionnels via le réseau d’anciens (Neoma Alumni).

Si vous êtes à la recherche de grandes responsabilités assez rapidement sans forcément être un spécialiste du domaine, mon conseil est de tenter l’aventure de l’expatriation. Ce que j’ai fait, en Europe, cela aurait été très difficile voire même impossible !

 

Contacter Jean-Gaetan

Mail : guillemaud@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :